Decathlon prépare sa mue digitale depuis San Francisco

Decathlon prépare sa mue digitale depuis San Francisco
thierry
lun 02/12/2019 – 11:52

Info Retailers
Decathlon prépare sa mue digitale depuis San Francisco

Évolution majeure et tangible de ce magasin du futur: il n’y a plus de caisses. Autre élément visible: un robot se promène dans les rayons pour détecter les produits manquants.

(Auteur : Maxime Samain)

C’est assez ironiquement que Decathlon, l’enseigne française d’équipements sportifs, teste le futur de son expérience retail aux Etats-Unis. Dix ans après avoir quitté le marché américain sur la pointe des pieds, Decathlon a refait une timide apparition à San Francisco il y a trois ans et y déploie aujourd’hui sa vision du magasin du futur.

Ce futur, c’est une petite équipe de 5 personnes envoyée en reconnaissance il y a trois ans qui l’a mis sur pied. San Francisco n’a pas été choisi par hasard, la ville est le centre névralgique des nouvelles technologies et concentre sur quelques km2 les entreprises les plus innovantes du monde. La baie de San Francisco est aussi habitée par des sportifs dans l’âme, entourée par l’océan, les montagnes et habitée par des employés d’entreprises technologiques qui ont l’habitude, quelque peu clichée, de faire du yoga avant d’aller travailler. Un terrain de jeu idéal.

La fin des caisses

Concrètement, ce magasin du futur propose une évolution majeure et tangible: il n’y a plus de caisses. Les articles sont tous munis d’un « tag ». Lorsque le client a mis dans son panier tout ce qu’il voulait acheter, celui-ci est placé dans une station mobile transportée par le vendeur qui vous a accompagné pendant vos achats. En un instant, le détail de vos achats s’affiche sur l’écran du vendeur et il ne reste plus qu’à payer via le smartphone du vendeur. Plus de file, ni de scan de produits.

Une amélioration de l’expérience d’achat qui a aussi pour but d’augmenter les montants du panier moyen. En enlevant l’étape rédhibitoire de la file à la caisse, l’enseigne sportive fait coup double, elle a besoin de moins de personnel et elle espère générer plus de revenus. Autre effet visuel de cette transformation digitale, un robot se promène dans le magasin. Il effectue les tâches que Decathlon ne veut plus voir ses vendeurs faire. Il parcourt les rayons pour détecter si des produits sont manquants, si d’autres sont mal rangés et réalise l’inventaire permanent du magasin.

Plus discrets, des centaines de senseurs sont déployés dans le magasin et informent en temps réels les équipes. Plus que des gadgets digitaux, ils ont pour but de permettre aux vendeurs de se concentrer sur le conseil et l’accompagnement des clients.

Au-delà de ces transformations visuelles, les évolutions les plus notables sont en fait invisibles. Decathlon tente de synchroniser ses ventes en ligne et ses ventes physiques pour arriver à l’objectif final où le client ne sent plus la différence et où les différentes interfaces (e-commerce, stock du magasin, livraison à domicile ou en magasin) ne font plus qu’une.

Transformation progressive en Europe

Pour arriver à cela, l’équipe américaine a travaillé avec des start-ups californiennes comme Stripe pour le processus de paiement ou le géant mondial du CRM Salesforce. Un résultat qui a été difficile à atteindre selon les dires de l’équipe américaine de Decathlon et qui n’aurait pas pu se réaliser dans un autre écosystème et environnement que celui très spécifique et propice à l’innovation de San Francisco. Si les tests sont concluants, Decathlon envisage de déployer cette infrastructure en Europe rapidement. Tous les éléments ne pourront pas être intégrés en Europe, notamment suite aux législations locales, mais certains éléments comme la fin des caisses de paiement devrait être une réalité chez nous rapidement.

Reste à voir comment cette transformation va se traduire en chiffre d’affaires et en marges, mais surtout comment les clients de Decathlon réagiront à ces changements en sachant que le consommateur américain est complètement différent d’un consommateur europeen.

 

commentaires

0 thoughts on “Decathlon prépare sa mue digitale depuis San Francisco ”
    Decathlon prépare
    sa mue digitale depuis San Francisco